Navigation
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Quizz – Niveau Enfant

Le quizz « migrant » – niveau enfant

 

Les réponses aux questions de ce quizz se trouvent dans le texte ci-dessous.

Le Valais et les étrangers

A la fin 2014, le Valais recensait près de 72’000 étrangers, ce qui représente 22% de la population du canton.
Alors que les Italiens ont durant de longues années été les plus nombreux, ils sont à l’heure actuelle devancés par les Portugais, dont le nombre étaient pourtant inférieur à 100 dans les années 70, mais qui sont près de 27’000 au dernier recensement. De leur côté, les Italiens sont aujourd’hui un peu moins de 9’000, suivis des Français (8’500) et des ressortissants de l’Ex-Yougoslavie (7’800).
Plus de 90% des étrangers domiciliés en Valais proviennent du continent européen.

Le Valais et les requérants d’asile

Le Valais compte actuellement un peu plus de 1’900 personnes inscrites dans le processus d’asile. Cela représente environ 0,6% de la population du canton.
Les communautés les plus représentées dans le domaine de l’asile sont les Erythréens, suivis des Syriens, des Afghans et des Somaliens.
Le Valais est tenu, comme chaque canton suisse, d’accueillir un contingent de réfugiés défini en fonction de sa population. Alors qu’un canton comme Zurich, plus peuplé, accueille 17% des demandeurs d’asile qui arrivent en Suisse, la Confédération en attribue 3,9% au Valais.

Les Valaisans qui sont partis

Le Valais n’est pas uniquement une terre d’accueil. De nombreux habitants du canton ont en effet quitté leur région natale. L’histoire retient en particulier l’émigration vers l’Argentine, dans les années 1800. Poussés par le besoin, de nombreuses familles ont mis le cap sur ce pays d’Amérique du Sud, où des terres leurs étaient promises. L’Argentine cherchait en effet, à cette période, à faire venir du monde pour peupler ses vastes territoires inexploités.
La traversée de l’Atlantique durait 2 à 3 mois, dans des conditions difficiles, à bord de bateaux où les migrants se retrouvaient bien souvent entassés.